Où est-il pertinent d’accepter de nouveaux commerces sur le territoire gembloutois ? Lesquels ? Avec quelles balises ?

Le Conseil communal de Gembloux a décidé lors de la séance de ce 24 avril 2019 de se lancer dans un schéma communal de développement commercial. Le Conseil a approuvé le cahier des charges et le marché public sera lancé prochainement.

Au fait, un « Schéma communal de développement commercial – SCDC », de quoi s’agit-il ?

Sur base d’un diagnostic complet, c’est un outil d’orientation et d’aide à la décision qui a une portée juridique pour motiver l’octroi / refus de permis d’implantations commerciales en bonne intelligence avec les autorités wallonnes qui auront été associées au processus.

C’est évidemment un travail important qui prendra des mois. Suite au prochain épisode…

(illustration trouvée sur internet… relative au commerce namurois 😉)

Pour les curieux souhaitant en savoir plus, je vous invite à parcourir ce petit ‘copié-collé’ ?

• La Ville de Gembloux souhaite mener une réflexion globale sur son territoire dans un souci de développement harmonieux et équilibré de l’activité commerciale et plus largement, de l’activité économique gembloutoise.
• Sur le plan commercial, Gembloux dispose d’atouts de par sa position centrale, sa croissance démographique, sa connectivité et ses flux de circulation, ce qui est propice au développement d’activités, notamment commerciales. Les commerces existants doivent assurer leur viabilité et renforcer leur attractivité face aux réalités économiques, à l’émergence du commerce en ligne, à la concurrence des noyaux commerciaux intra-communaux et au-delà des limites communales, à la présence de Louvain-la-Neuve et de Namur à moins de 20 km et au changement de mode de consommation des consommateurs. En outre, les commerces de proximité dans les villages doivent se battre pour subsister. Les commerces doivent se repositionner pour assurer leur viabilité et renforcer leur attractivité.

 Une réflexion sur l’avenir commercial du territoire (à court, moyen et long terme) s’avère dès lors nécessaire afin que le développement de la Ville se fasse de manière harmonieuse
 Le marché porte sur la désignation d’un prestataire qui se verra confier la mission de réaliser un schéma communal de développement commercial au sens des articles 16 et suivants du Décret sur les Implantations commerciales. Ce schéma de développement commercial, qui se présentera sous la forme d’un rapport circonstancié, se devra d’être un outil stratégique de réflexion, d’analyse prospective et de conseils, permettant aux autorités communales :

– d’avoir entre les mains un diagnostic de l’état du commerce sur l’ensemble du territoire communal ;
– de disposer d’une vision claire et objective des potentialités de développement commercial du territoire communal (représentativité dans les différents secteurs, suroffre et sous offre,…) ;
– d’obtenir des pistes d’actions concrètes à suivre et/ou à proposer sur le long terme, notamment en vue de pérenniser une fonction commerciale forte au centre-ville ;
– de disposer d’un réel outil d’aide à la décision (notamment en termes d’implantations commerciales mais aussi de réaffectation d’éventuelles friches commerciales) et à la planification en matière de développement commercial.
Au vu du contexte actuel, le SCDC devra également prendre en considération les points suivants :
– Le développement de nouveaux projets immobiliers (PRU gare, projet de revitalisation urbaine sur le site de l’ancien Hôtel des Voyageurs, etc.)
– Le commerce de proximité, l’économie circulaire, les circuits-courts favorisant les producteurs locaux,…

Share This