La 5G? La 5G à Gembloux?
Je suis tombée des nues ce matin en parcourant rapidement la presse, et puis je me suis consacrée à bien d’autres choses…la crise du Coronavirus et ses impacts au niveau communal sont ma plus grande préoccupation du moment. Et puis j’ai eu des tas de messages, mails et j’ai découvert quelques posts qui laissent sous-entendre que Gembloux et son Collège aurait laissé passer ça, en « stoum ». Donc soyons bien clair:
Comme tous le monde, ministres compris, j’ai découvert la com de Proximus ce jour dans la presse.
1. Il n’y a pas eu de modif des normes et donc il ne peut y avoir de dépassement des normes, c’est de la « fausse » 5G…
Plus précisément, le cadre législatif et réglementaire (fréquences, normes) n’a pas été modifié d’une virgule ni au niveau régional ni au niveau fédéral.
2. Pour bonne info et de manière complémentaire, les communes ne disposent d’aucun pouvoir réglementaire sur les normes de puissance des poteaux.
3. Le Collège communal n’a en rien été concerté sur ce « déploiement ».
4. Depuis qu’Ecolo est dans cette nouvelle majorité et sans difficulté aucune de notre partenaire Bailli, j’ai demandé (comme échevine de la santé) qu’on ajoute lorsqu’il y a une demande de permis pour le renouvellement d’un mat de préciser que la ville n’y autorisait pas le déploiement de 5G. C’est une déclaration d’intention sans équivoque.
En cette période de Covid, je peux assurer que cette com de Proximus passe très mal, comme si on avait du temps à consacrer à ça en plus … A titre personnel et comme bien d’autres, je demande à ce qu’on arrête le « plus », « plus vite », « tout le temps ». L’hyperconnectivité ne peut pas se déployer au mépris de la santé « physique » ou « mentale » de tout un chacun. Et cette période devrait justement être le bon moment de la réflexion sur ce qu’on veut de notre société.
———————–
Et pour info complète, voici le communiqué de presse d’Ecolo sur le sujet.
Proximus a annoncé le déploiement d’une forme « light » de la 5G dans une série de communes flamandes et wallonnes. Ecolo regrette le timing de l’annonce de Proximus du lancement de la 5G dans 30 communes flamandes et wallonnes en pleine crise du coronavirus. Et ce, même si ce déploiement d’une forme « light » de la 5G s’apparente plus à une opération de communication puisque cette expérimentation se fera dans le cadre de la réglementation existante.
En effet, aucun spectre n’a encore été mis aux enchères pour la 5G, aucune éventuelle nouvelle norme de rayonnement n’a été adoptée et aucune nouvelle antenne ne sera installée. Il en ressort que l’opérateur utilisera les bandes de fréquences et les antennes existantes. Il agira dans le cadre de la réglementation actuelle. Et pour cause : aucun changement dans les normes d’exposition aux champs magnétiques n’a été autorisé par les pouvoirs publics.
Le déploiement de la 5G ne peut se faire sans tenir compte du respect du principe de précaution en matière de santé et d’environnement. C’est ce qui est prévu, notamment dans la Déclaration de politique régionale wallonne. Celle-ci précise que les nouveaux déploiements technologiques en matière de transmission des données via la 5G ne pourraient se faire qu’après une évaluation de la 5G sur le plan environnemental, de la santé publique, de l’efficacité économique, de la sécurité des données et du respect de la vie privée.
En Wallonie, les autorités doivent en outre s’assurer du respect strict des conditions du décret du 3 avril 2009 relatif à la protection contre les éventuels effets nocifs et nuisances provoqués par les rayonnements non ionisants générés par des antennes émettrices stationnaires.
Nous appelons à ce que la plus grande clarté soit apportée sur les techniques utilisées par Proximus dans le déploiement de cette 5G light afin de pouvoir s’assurer qu’elles respectent les normes en vigueur. Un contact a été pris avec les responsables de Proximus en ce sens.
Share This